Pourquoi la lutte contre l'ambroisie ne s'engage-t-elle pas en Région Rhône-Alpes ?
 

La Région Rhône-Alpes est particulèrement infestée par l'ambroisie. Cela depuis très longtemps, et l'ambroisie continue à gagner du terrain. Chaque année, l'ambroisie est déclarée "problème de santé publique préoccupant".
 
Tout le monde connait très bien le fléau que représente l'ambroisie :
 
- les élus communaux, qui sont responsables de la salubrité publique sur leur territoire
- les pouvoirs publics, pour lesquels la santé publique est une compétence régalienne
- les médecins et allergologues, qui voient chaque année défiler des centaines de patients
- et bien entendu les centaines de milliers de personnes souffrant d'allergie au pollen d'ambroisie qui voient chaque année leur qualité de vie se dégrader (altération de la vie sociale, de la productivité au travail et des performances scolaires).
 
Résumons :
 
1/ On connait le problème et ses conséquences sur la santé publique
2/ On connait le coût pour la collectivité : 20 ME par an (en Rhône Alpes)
3/ On sait que l'expansion de l'ambroisie se poursuit
4/ On sait où cela peut nous mener : en Hongrie 50% de la population en souffre
5/ On connait les moyens de lutte
6/ Une règlementation départementale très claire existe depuis 15 ans
7/ Des pays ont déjà engagé des plans à l'échelle du territoire (Suisse, Québec, ...)
 
Tout ceci est factuel et difficilement contestable.
 
Dans ces conditions, logiquement, ceux qui nous administrent - préfets et conseillers départementaux et régionaux - auraient dû depuis longtemps engager des plans de lutte efficaces visant à la destruction physique de l'ambroisie et ceci à l'échelle de la Région.
 
Il n'en a rien été, à l'exception d'actions louables mais isolées, partielles, non coordonnées et par nature non productives.
 
Alors pourquoi une telle inertie ???
 
Chercher des causes possibles, c'est prendre le risque de piétiner le domaine du "politiquement correct" si cher à nos compatriotes et .... si peu envié par le reste du monde.
 
A nos yeux, 2 bonnes raisons :
 
- l'absence d'une politique coordonnée de lutte contre l'ambroisie au niveau national. Seule la Direction Générale de la Santé (DGS) serait en mesure de donner l'impulsion nécessaire. Aujourd'hui, la population est livrée à elle-même.
- le regard trop pudique porté par les "politiques" sur le monde agricole. Les 3/4 des émissions de pollen d'ambroisie vient du domaine agricole. C'est un fait avéré. La bonne manière consisterait à dire les choses comme elles le sont, puis à traiter le problème avec la profession, dans le respect des intérêts de chaque partie.
Mais cela ne se passe pas ainsi. Les "politiques" craignent d'être accusés de "stigmatiser" (encore un mot politiquement correct...) les agriculteurs. De plus, ces agriculteurs sont une partie de leur électorat. Alors n'écoutant que leur courage, ils éludent la question,... et laissent l'ambroisie proliférer tranquillement au grand dam des allergiques.
 
De Gaulle remarquait que la France ne faisait de réformes qu'à l'occasion des révolutions. Faudra-t-il attendre que l'air devienne irrespirable à une majorité de français pour que des mesures à la hauteur des enjeux soient prises ?
 
La Suisse, moins infestée que la France, mais aussi plus raisonnable, a engagé en 2006 un plan de lutte national. Suivons leur exemple !
AccueilL'ambroisieSantéLutter contre l'ambroisieQue faire si...?En Rhône-AlpesAu NationalTémoignagesNous contacter