Domaine privé     82%
Agriculture                        75%
Cours d'eau                        5%
Lotissements                      1%
Jardins, friches                    1%
Répartition de la présence de l'ambroisie entre Domaine public et Domaine privé
 
Très forte disproportion entre les domaines public et privé
 





Pour plus de détails, consulter l'étude MNLE / DDASS Drôme de 2006.
Où pousse l'ambroisie ?
 











Source : « Etat des lieux Ambroisie dans la Drôme », MNLE/ DDASS 26 , 2006, R Roux.
 


Dans la Drôme, le MNLE a réalisé en 2006 sur financement DDASS 26 une enquête très complète, sur les populations d’ambroisie. Les enquêteurs se sont concentrés sur les zones les plus touchées par l’ambroisie, cad les plaines de grandes cultures bordant le Rhône, et ont exclu les zones de montagnes, peu affectées par l’ambroisie. L’intérêt de cette étude, qui fait toujours foi, est de donner des ordres de grandeurs représentatifs des différents domaines colonisés par l’ambroisie.
Etat des lieux Ambroisie MNLE 2006
 
Il n’existe pas en Rhône-Alpes d’études ou de cartographies exhaustives sur la répartition de l’ambroisie. Différentes approches ont cependant été tentées et les résultats peuvent en être utilisées.
 
- Une cartographie systématique a été faite, à titre expérimental et sur plusieurs années, sur 8 communes rurales autour de Bourgoin Jallieu en Isère. Utilisation de GPS couplés avec un SIG. Expérience financée par la DDASS 38, mais non reconduite.
 
- En combinant d’une part l’observation des consommations d’anti histaminiques, en août-septembre, et d’autre part les relevés de pollens faits par le RNSA, l’URCAM R-A en a déduit les zones probables où devait pousser l’ambroisie. Les plus fortes concentrations d’ambroisie se situent dans le sillon rhodanien, avec un épicentre au niveau de Vienne.
 
L’ensemble de ces études et observations sont cohérentes et convergent. On constate sans surprise que le domaine agricole est de loin le principal générateur de pollen d’ambroisie. La grande étendue des surfaces travaillées suffit à expliquer le phénomène. A l’intérieur du domaine agricole, ce sont essentiellement les grandes cultures (céréales, maïs, tournesols, soja, …) et dans une moindre mesure les vergers qui sont responsables de la majorité du problème ambroisie. Les prairies, forêts ne sont quasiment pas touchées, ainsi que les vignes en raison des soins intensifs qui y sont faits.
 

Une autre manière de présenter la même réalité serait de distinguer :
- le domaine public, avec 20% du total,
- le domaine privé avec 80%,
 
On constate que le domaine privé domine largement.
Les approches ne sont pas les mêmes. La lutte dans le domaine privé est la plus délicate.
Domaine public     18%
Routes départ, communales   8%
Chantiers BTP                         4%
Cours d'eau                            5%
Terrains divers                        1%
AccueilL'ambroisieSantéLutter contre l'ambroisieQue faire si...?En Rhône-AlpesAu NationalTémoignagesNous contacter