L'association STOP AMBROISIE a été créé en Ardèche il y a plus de 15 ans et a mené de nombreuses actions auprès des collectivités locales.
 
C’est durant l’hiver 1999-2000 que des malades très allergiques au pollen d’ambroisie se sont réunis et ont invité leurs concitoyens à une assemblée générale à Saint Jean de Muzols afin d’unir leurs efforts, d’alerter la population et essayer d’obtenir de l’aide de la part du monde politique et administratif. Étaient présents quelques maires, le député de la circonscription, le directeur de la DDASS 07 et différents médecins et spécialistes de cette plante et de ses méfaits.
Quelques mois après, l’association s’est créée, a proposé un conseil d’administration et a déposé ses statuts à la sous-préfecture de Tournon. Des assemblées générales ont eu lieu très régulièrement ainsi que des séances d’information en présence d’un vice président de la région Rhône-Alpes ou des représentants des deux départements, Ardèche et Drôme.
 
Début 2000, des actions ont été entreprises auprès de la Préfecture de l'Ardèche pour obtenir une règlementation de la lutte contre l'ambroisie. En juillet 2000, le Préfet signait le tout premier arrêté ambroisie de Rhône-Alpes. Dans les mois qui ont suivi, tous les autres départements ont suivi l'exemple ardéchois.
 
Plusieurs interventions publiques ont été organisées dans différentes communes à la demande des élus ou des enseignants des écoles primaires.
Ces activités ont été menées en concertation avec le conseil général de l’Ardèche qui a toujours aidé l’association et lui a fourni durant plusieurs années une subvention permettant de couvrir les frais de déplacements et de secrétariat. Il en a été de même de différentes mairies, de la DDASS et DDAF de l’Ardèche.
 
Ces activités se sont déroulées durant les années 2001 à 2007 et c’est en février 2010 qu’il a été possible de renouveler le conseil d’administration.  La nouvelle équipe s'est attachée à promouvoir un plan de lutte contre l'ambroisie novateur et d'ampleur départementale auprès de l'administration préfectorale de la Drôme. Ce Plan a été accepté, puis mis en œuvre par l'Agence Régionale de Santé (ARS) de la Drôme pendant la saison 2010. Le Préfet a reconduit le Plan en 2011.
 
Ce même Plan de lutte contre l'ambroisie a été proposé à l'Administration ardéchoise qui vient de l'accépter.
Nous souhaitons que le Conseil Général de l'Ardèche apporte son soutien à ce Plan.
 
Par ailleurs, l'Agence Régionale de Santé de Rhône-Alpes envisage d'étendre le Plan de lutte Drôme à l'ensemble des départements de la Région, via le nouveau Plan Régional Santé Environnement (PRSE 2).
C'est donc un succès pour la stratégie mise en œuvre par Stop Ambroisie.
 
Nous souhaitons très vivement que toutes les autorités ardéchoises s’associent à l’organisation du plan de lutte décrit dans ces pages.
 

Louis COSSON, Président honoraire de Stop Ambroisie.
En 2011, le Préfet de l'Ardèche a décidé de lancer un Plan de lutte départemental contre l'ambroisie à l'instar de la Drôme et sur proposition de STOP AMBROISIE.
 
Les bases du Plan de lutte sont comparables à celles utilisées en Drôme mais ont été adaptées au contexte ardèchois. De nombreux acquis du Plan Drôme pourront ainsi être réutilisés, faisant ainsi gagner un temps et une énergie précieux.
 
En Ardèche, le Plan de lutte contre l'ambroisie est placé sous l'autorité du Directeur de cabinet du Préfet, et sa mise en oeuvre est assurée par l'Agence Régionale de Santé DT07.
 
Comme en Drôme, un maillage systématique de "Référents ambroisie communaux" appliquant des procédures de manière cohérente sera recherché, et il sera demandé aux Communautés de communes d'animer leurs réseaux de référents communaux.
La lutte contre l'ambroisie en Ardèche
2014, le Plan de lutte départemental lancé en 2011 par le Préfet de l'Ardèche se développe conformément au planning. Le département de l'Ardèche compte maintenant 177 référents ambroisie communaux : consulter les communes AVEC référents ambroisie et la carte d'infestation.
 
Ce beau résultat montre l'intérêt que les maires portent au problème de santé publique posée par la prolifération de l'ambroisie en Ardèche. Ce chiffre de 177 référents ne doit pas masquer le fait qu'il ne représente qu'une petite moitié des communes du département. De fortes marges de progrès existent encore.
 
Il faut aussi s'assurer que ces référents ambroisie soient en mesure de remplir correctement leur mission. Or le nombre de référents inscrits à la formation du GRETA est tout à fait insuffisant, à ce jour.
2016
Le Plan départemental de lutte contre l'ambroisie s'est effondré sur lui même par manque de volonté de la part de l'administration.
Le Comité de pilotage ambroisie n'a été convoqué ni en 2015 ni en 2016.
 
Les mairies et les communautés de communes sont livrées à elles mêmes, alors que formellment l'ambroisie ne rentre pas dans leurs compétences. Il en résulte des mesures partielles et non coordonnées, et donc inefficaces. Ce qu'on observe facilement sur le terrain.
AccueilL'ambroisieSantéLutter contre l'ambroisieQue faire si...?En Rhône-AlpesAu NationalTémoignagesNous contacter