REPARTITION DE L'AMBROISIE EN RHONE-ALPES
L’ambroisie en Rhône-Alpes
 
40 000 ha
c'est la surface infestée estimée par STOP AMBROISIE, soit une progression annuelle moyenne de 800 ha par an, soit l’équivalent de la superficie d’une commune !
 
Ces chiffres sont à rapprocher de ceux du 3° rapport de l’ORS (mars 2012) pour la période 2010-2011 http://www.orsrhonealpes.org/pdf/Ambroisie3.pdf (page 32) :
 
« De 2008 à 2011, la population concernée a augmenté de plus de 70%, et les dépenses de santé liées à l’ambroisie ont augmenté de 90%.»
 
Cette 3° étude ORS reprend les éléments des 2 premières éditions mais semble cette fois-ci confirmer une forte  accélération de la prolifération de l’ambroisie en R-A. C’est ce que nous disons depuis longtemps, et cela constitue un désaveu de la politique menée jusqu’à présent par les pouvoirs publics.
 
Distribution de l’ambroisie en Rhône-Alpes
 
En se basant sur les données publiées par l’INSEE et l’ex-DDAF, et en s’appuyant sur l’étude MNLE/DDASS Drôme 2006, il a été possible d’estimer la répartition des surfaces infestées par l’ambroisie en Rhône-Alpes.
 
Premier constat : L’Isère, la Drôme et l’Ain représentent les 2/3 des surfaces infestées de R-A, tous domaines confondus. A noter que ces 3 départements sont aussi les plus agricoles de R-A.
 
 


















Deuxième constat : sur l’ensemble de R-A, les 2/3 des ambroisies sont d’origine agricole. Cependant de fortes disparités existent entre départements. Ainsi, en Isère, Drôme et Ain les ¾ des ambroisies poussent dans le domaine agricole.
Le 1/3 restant se répartit à part sensiblement égales entre les bords de routes, les bords de cours d’eau et les chantiers et particuliers.
 
Troisième constat : à l’intérieur du domaine agricole (sur l’ensemble de R-A)
-60% des ambroisies sont situées dans les chaumes de céréales.
-17% sont dans les tournesols.
 
Quatrième constat : dans l’Ain, la Drôme et l’Isère, on cultive :
-75% des céréales de R-A.
-88% des tournesols de R-A.
 
AccueilL'ambroisieSantéLutter contre l'ambroisieQue faire si...?En Rhône-AlpesAu NationalTémoignagesNous contacter